Présentation du film documentaire historique sur la vie et la carrière de l’érudit Nguyễn Văn Vĩnh

Thưa các quý vị độc giả, tiếp theo bài viết giới thiệu bộ phim về học giả Nguyễn Văn Vĩnh bằng tiếng Việt đăng ngày 20/3/2015 (http://www.tannamtu.com/?p=1764), chúng tôi xin đăng bài giới thiệu này đã dịch sang tiếng Pháp để quý vị tiện theo dõi.

BBT chúng tôi xin tiếp nhận tất cả các ý kiến đóng góp hoặc thắc mắc của các bạn độc giả và sẵn sàng phúc đáp khi các bạn theo dõi chuyên mục này.

Trân trọng!

BBT tannamtu.com

nguyenvanvinh-poster.jpg

(A l’occasion de l’anniversaire des 9 ans de la sortie du film)

 

Mesdames et Messieurs !

Début du XXe siècle, le Vietnam était un des pays les plus arriérés. Pendant cette période le régime de la colonisation coexiste avec le régime féodal. Ce pays qui n’avait pas une éducation moderne avait une écriture officielle que le peuple en général ne pouvait lire. Cependant en Europe et en Asie beaucoup de nations embrassaient avec gusto la modernisation et leurs peuples en avaient profité.

Le Vietnam se trouvait dans une impasse. Au désir de garder les moeurs et coutumes traditionelles s’opposait l’intrusion forcée de la pensée occidentale. Cela a suscité une angoisse, une révolution culturelle dans la manière de vivre de la classe des intellectuels,compatriotes, nationalistes, dont les décisions progressistes étaient motivées dans le but d’améliorier les niveaux de connaissances du peuple. Parmi des érudits révolutionnaires se trouvait le célèbre journaliste Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936).

Genèse du film

Un siècle a passé. En dépit des vicissitudes politiques au Viet Nam comme en France les contributions, écrits du journaliste Nguyễn Văn Vĩnh ont été connus et évalués. Et pourtant, ils restent encore mal compris, vus sous un angle subjectif, voire lestés des préjugés politiques issus des points de vue à la fois partiel et condescendant. Cet état d’esprit a créé de multiples difficultés pour une mise au point du rôle historique de Nguyễn Văn Vĩnh. À la postérité sont légués une multitude de doutes sans appuis ainsi que des tourments mentaux immérités à ses descendants. Notre constat est que ça constitue une injustice.

Dès 1944, à l’occasion du 8è anniversaire de la mort de Nguyễn Văn Vĩnh, dans le numéro 201 du journal Trung Bắc Tân Văn, sorti le 7 Mai et imprimé à Hà Nội, le notable écrivain Vũ Bằng (1913-1984) a déjà exprimé ses inquiétudes à l’égard de la tendance vers l’oubli sur le rôle particulier de Nguyễn Văn Vĩnh dans les activités culturelles et sociales du VietNam. Il a ainsi épanché : « Ce nest que par la connaissance de sa vraie existence, sa manière de vivre et ses efforts inlassables toute sa vie durant qu’on pourrait approfondir ses oeuvres, et de là, critiquer sa carrière sur les plans littéraire, social, politique aussi bien que journalistique. Cest ce que jai souhaité voir, mais puisque personne ne ma devancé, donc je lai tenté aujourdhui …”

Depuis la mort de Nguyễn Văn Vĩnh en 1936, les insinuations, calomnies à l’égard de sa personne et ses publications ont causé une douleur lancinante qui a torturé et détruit ses relations familiales. Il existe aussi une complicité de la part des autorités françaises et vietnamiennes qui a contribué à la création des dégâts au patrimoine intellectuel, conduisant non seulement à des jugements erronés mais aussi à une atteinte à l’honneur du-dit journaliste.

En Mars 2006 nôtre équipe a décidé de réaliser un film documentaire sur Nguyễn Văn Vĩnh. Nous avons l’intention de relever la véracité sur ce qui touche sa personne, sa carrière et sa vie à travers les documents et les témoins encore en vie. Nous voulons dévoiler ses idées d’avant-garde et ses points de vue socio-politiques. L’essence de sa pensée est en vérité proche de celle du progressiste japonais Fukuzawa Yukichi (1835-1901) qui préconisait que tout peuple qui s’enracine dans des dogmes culturels arriérés n’arriverait pas à se moderniser.

Nguyễn Văn Vĩnh est résolu à suivre jusqu’à la fin son idéalisme et décidément n’est pas tenté par le gain ou la gloire, contrairement aux conclusions hâtives et superficielles dans le passé. En fin de compte, cent ans auparavant, Nguyễn Văn Vĩnh a été vraiment le porte drapeau du mantra de l’émancipation de l’Asie qui nécessitait la fusion de l’âme, l’esprit culturel d’un pays comme le VietNam au début du XX è siècle avec l’essor scientifique et intellectuel de l’Ouest.

Les documents utilisés dans ce documentaire restaient inédits et ils ont pour but premièrement d’aider les futures générations de sa famille à comprendre d’une façon concrète cet illustre ancêtre et ensuite, en part, d’indemniser et d’assouvir les dégâts mentaux qu’ont subi ses descendants.

Nous espérons que ce film nous incitera à rectifier les fausses et injustes opinions qui nous ont été indoctrinées dans le passé. Ceux qui se soucient du rôle de Nguyễn Văn Vĩnh dans la propagation et popularisation du langage écrit, dit “quốc ngữ”, au début du XX è siècle au Tonkin trouveront dans ce documentaire des preuves robustes qui réfutent les calomnies ainsi que des révélations sur les circonstances de son décès plutôt mystérieuses.

Finalement, nous n’avons aucun désir de recevoir des louanges de quiconque. Tout simplement nous demandons qu’on comprenne que l’Histoire est ce que nous avons et non pas ce que nous voulons.

Réalisation du documentaire

Ce film a été conçu en Mars 2006.

Il a été réalisé sans préambule ni préparation à priori comme lorsque l’on fait normalement un film. Le scénario, l’organisation, les finances…tout cela est décidé au fur et à mesure.

Les personnages issus de la famille du journaliste, les chercheurs au Vietnam ainsi que les individus qui paraissent dans les scènes sont tous des volontaires qui gardent un grand respect envers Nguyễn Văn Vĩnh. En particulier les chercheurs, les enseignants vietnamiens et les étrangers, ont spontanément et candidement donné leurs opinions, ne consultant aucune note. Au cours de plusieurs entretiens, les réalisateurs ont été exposés à des explications, points de vue sur la personne de Nguyễn Văn Vĩnh qu’ils n’ont jamais connus.

Toutes les séquences comme: la rue Nguyễn Văn Vĩnh à Saigon, l’église Phan Châu Trinh à Đà Nẵng…ont été tournées sans mise en scène.

En Avril 2006 un échange à titre de consultation concernant l’organisation, la réalisation, les principes à suivre quand on poursuit un projet culturel ont eu lieu entre nous et le service d’information du gouvernement vietnamien. Cette entrevue n’aboutit à rien, les autorités n’étant pas transparentes sur les causes du manque de respect quant aux jugements en cours contre Nguyễn Văn Vĩnh . En outre, elles ont exigé que :

  • Nous nous procurons par nos propres moyens les documents nécessaires à la réalisation du film.
  • Les droits d’auteur appartiendraient aux autorités.
  • Les dépenses seraient couvertes par un budget gouvernemental limité.
  • La décision concernant la durée, le contenu et le réalisateur du film ne nous appartiendrait pas.

Nous refusons l’aide gouvernementale. En Mai 2006, nous décidons de former une équipe simple, indépendante avec le soutien et l’approbation du réalisateur des films documentaires Trần Văn Thủy. Au début, l’équipe se compose de deux individus : le producteur et le réalisateur.

Tous les collaborateurs et techniciens sont invités oralement en subséquent. L’on paie les frais après chaque segment. Aussi en Mai 2006 l’équipe de 5 personnes commence à prendre les premières séquences à Saigon. Juin 2006, nous suivons par voie routière le trajet Laos- Đà Nẵng-Huế -Hà Tĩnh. Septembre 2006, on va en France où nous prenons le train pour aller à Marseille, Aix en Provence, Montpellier, Avignon et Paris.

Après 6 mois de tournage, des douzaines d’interviews, entretiens et visites avec diverses personalités dans des différents locaux et contextes, la totalité des minutes enregistrées s’élève à 1500 par BETACAM DIGITAL et HD. Nous avons voyagé près de 30 000 kms .

Début 2007 avec le support fervent des amis, collègues et membres de famille, l’édition est complétée après 2 mois. Le réalisateur Trần Văn Thủy, caméraman Nguyễn Sỹ Bằng et technicien Nguyễn Hồng Nhật se sont occupés du scénario et montage à la compagnie audio-visuelle TDF. Le film qui dure 215 minutes est divisé en 4 segments.

Le titre du film est Digression sur un barbare moderne”. Ce titre est considéré par le public comme étrange et reflète en effet les confidences de Nguyễn Văn Vĩnh au patriote Huỳnh Thúc Kháng (1876-1947) dans un article qui parait dans le magazine L’Annam Nouveau publié en 1932 à Hà Nội.

Cette remarque a été extraite par le professeur américain Christopher Goscha dans une étude rédigée en français et anglais en 2001 discutant du rôle historique de Nguyễn Văn Vĩnh pendant la période coloniale française au Việt Nam.

Après le tournage, il faut 6 mois pour mettre au point le scénario et les détails techniques. Malgré d’énormes efforts de la part de notre équipe, parmi tant de documents historiques touchant à la vie et carrière de Nguyễn Văn Vĩnh, ce film ne peut que déceler quelques aspects de sa destinée.

Nous sommes vraiment submergés par le sujet du film qui a dépassé notre connaissance. Les personnalités qui nous ont parlé ont démontré un profond respect dû aux contributions culturelles de Nguyễn Văn Vĩnh. Bien des individus ont manifesté un regret car dans le passé, basés sur des connaissances superficielles et subjectives, ils avaient formé des opinions erronées qui avaient influencé le jugement de la populace. Nous devons aussi professer que le niveau d’éducation et de connaissance générale de notre équipe est plutôt limité et le film en a souffert. Mais, d’après l’écrivain Vũ Bằng, nous avons accompli une mission envers la société et la famille du journaliste.

Que les descendants de la famille de Nguyễn Văn Vĩnh se sont avisés de leur parenté, leurs liens et en même temps peuvent identifier en lui un patriote est une contribution majeure du film. Ce constat est définitivement à contre-courant de ce qui a été éduqué dans les livres pédagogiques au Nord Viet Nam dans les années 60 au XX è siècle.

Ce documentaire sert comme un instrument invalable à ceux qui s’intéressent à l’histoire sociale du Vietnam au début du XX ème siècle et à la réhablitation du rôle de Nguyễn Văn Vĩnh. Maints Vietnamiens vivant à l’étranger et voyant ce film ont conclu que le Vietnam doit être fier de Nguyễn Văn Vĩnh.

La première du film est projetée le 9 Juin 2007 à tout le clan Nguyễn Văn Vĩnh. Par la suite, il est présenté à des académiciens, chercheurs, journalistes et personnes qui se sont intéressés à sa carrière.

Le 13 Février 2008, ce film a reçu le diplôme des droits d’auteur du ministère de la culture du gouvernemnent vietnamien.

Le film a été projeté dans plusieurs universités et instituts à Hà Nội et Saigon. Les autorités à Quảng Nam étaient les premières à nous inviter à présenter ce documentaire, peut être à cause des relations personelles et intimes de Nguyễn Văn Vĩnh avec le patriote Phan Châu Trinh (1872-1926).

Mars 2008, les facultés de Montpellier ont coopéré avec l’organisation Adaly “Disciples de Yersin” pour présenter ce film qui a été raccourci à 60 minutes à l’occasion de la Journée de la Francophonie le 20 Mars.

Le film “ Entretien sur un sauvage moderne” a été sous-titré en français et anglais.

Le 15 Avril 2009, l’ambassade de France à Hà Nội a projeté ce film dans son intégralité au Centre Culturel Français – L’Espace. Le 9 Avril 2009 le professeur d’histoire Phan Huy Lê, Président de la Société des Sciences Historiques au Việt Nam, a cette remarque sur ce documentaire: “C’est le premier film historique produit par un groupe d’individus au Việt Nam sans l’aide d’aucune organisation et qui a pourtant soutenu une attraction absolue jusqu’à la fin”.

Épilogue.

L’équipage du film remercie les membres de la famille pour leur contribution et pour leur aide précieuse pendant le tournage.

Nous sommes bien reconnaissants envers les intellectuels, les chercheurs de la culture et de la science qui ont le sentiment distingué pour l’érudit  Nguyễn Văn Vĩnh et qui nous ont fourni des documents rares, de l’argent afin que nous puissions achever notre film. C’est regrettable que parmi eux  9 personnes nous ont quittés. Nous prions pour eux.

==============

Générique

– Réalisateur : Trần Văn Thủy .

– Commentaire et sélection de  la musique: Trần Văn Thủy.

– Caméraman: Nguyễn Sỹ Bằng , Hoàng Dũng.

– Lumière et sons: Nguyễn Đinh Cảnh.

– Montage: Nguyễn Hồng Nhật.

– Lecture des commentaires: Hoàng Tiến Dũng.

– Responsable général : financement, documents, contenu : Nguyễn Lân Bình.

Hanoi, le 9 mars 2015.

BBT.Tannamtu.com

Traducteur et traductrice : Nguyễn Đình Phúc và Trần Thu Dung

 

 

Các thông cáo báo chí

logo

AMBASSADE DE FRANCE AU VIETNAM

COMMUNIQUE DE PRESSE

Hanoi, le 9 avril 2009

«Hommage à Nguyen Van Vinh »

L’Espace – Centre Culturel Français à Hanoi a l’honneur de vous inviter à la projection du documentaire : « Digressions sur un Barbare Moderne », un film sur la vie et l’oeuvre du savant Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936). Auteur: Nguyễn Lân Bình – Réalisateur: Trần Văn Thủy, Artiste du Peuple – Images: Nguyễn Sỹ Bằng.

Cet événement se tiendra :

Mercredi 15 avril 2009 à 15h

A L’Espace – Centre Culturel Français de Hanoi

24, Trang Tien, Hanoi

Nguyễn Văn Vĩnh, figure emblématique de l’échange culturel franco-vietnamien, fut le rédacteur en chef de plusieurs des premiers journaux vietnamiens utilisant l’écriture Quoc ngu et le bouillonnant animateur de la campagne pour une langue vietnamienne parlée, lue et écrite par les Vietnamiens.

Il est

  • le premier Vietnamien adhérant à la Ligue Française des droits de l’Homme en 1906,
  • le premier rédacteur en chef du premier journal publié en vietnamien au Tonkin, le “Đăng cổ tùng báo”, en 1907,
  • le premier traducteur en vietnamien de la saga chinoise “Chroniques des Trois Etats” en 1909,
  • le premier traducteur du français en vietnamien des oeuvres littéraires classiques de V. Hugo, H. de Balzac, A. Dumas, Molière, La Fontaine, etc,
  • le premier Vietnamien à avoir parrainé la mise en scène des oeuvres de Molières à l’Opéra de Hanoi, en 1920,
  • le premier collaborateur de cinéastes français pour le tournage du premier film vietnamien, le “Kim Vân Kiều“, en 1924,
  • le premier et l’unique rédacteur en chef vietnamien des journaux en français au Tonkin : Notre Journal (en 1908), Notre Revue (en 1909) et LAnnam Nouveau (en 1931),
  • le premier à avoir traduit Truyện Kiều en français, publié en 1942 par la maison d’édition Alexandre de Rhodes.

« Ce documentaire historique de grand intérêt a été réalisé sans aucune aide au Vietnam. Il est passionnant du début à la fin »

Phan Huy Lê, Professeur, Président de l’Association des Historiens du Viêtnam.

Contact

Mme Do Thi Minh Nguyet

chargée de mission pour le livre et l’écrit – Ambassade de France au Vietnam

Tel: : 3936 21 64

Fax: 3936 21 64

Mèl: Do.thi.Minh.Nguyet@espace-ccfhanoi.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *